4e trimestre : de golden month à cauchemar

rencontre

Ne rêvons-nous pas toutes d’un 4 trimestre dans le calme, la douceur et l’amour ? Bien sûr, mais la ligne est si mince entre vivre ses premiers mois avec bébé dans la conscience et les vivre dans le stress continu.

Saviez-vous que plus d’une femme sur 2 vivent un ou plusieurs épisodes de baby blues en post-natal et parmi ces femmes, environ 20 % feront une dépression post-partum. Pourquoi sommes-nous si dures avec nous et si mal préparées à accueillir nos bébés alors que nous prenons un temps fou à préparer nos enfantements ? Comme si la vie s’arrêtait à cette expérience alors qu’au contraire, elle sera un départ et non une fin ! Alors voici 10 pistes à explorer pour vous préparer et mettre le plus d’outils possible dans votre sac de nouvelles mamans.

 

1. Ça prend un village pour élever un enfant!

Cette vieille citation n’est peut-être pas si folle que ça après tout! Être bien entourée est l’une des choses les plus importantes durant le post-natal, mais là je ne vous parle pas de la maison pleine de visite qui est venue pour prendre le bébé durant que vous faites vos choses, non! Je vous parle de personnes présentes pour vous, pour vous aider, vous rassurer et vous accompagner ! Une mère, une grand-mère, une amie, quelqu’un en qui vous avez confiance et qui respecte vos valeurs et vos limites. Nous avons tendance à mettre toute cette charge sur le dos du papa, mais on ne doit pas oublier que pour lui aussi, tout ça, c’est du nouveau. Alors avoir quelqu’un avec vous en permanence ou au moins pour quelques heures par jour, ça fait toute la différence. Ne soyez pas gênées de demander, ça fait plaisir aux gens. Dans le fond, tout ça, c’est un peu une question d’ego. De penser qu’on est capable de tout, tout seul et qu’on a besoin de personne! Je comprends aussi que d’avoir quelqu’un sous la main ce n’est pas possible pour tout le monde. Cependant, pour celles qui n’ont pas d’entourage, il y a des organismes d’accompagnement aux relevailles un peu partout alors vous trouverez en faisant une courte recherche sur internet!

2. Prendre soin de soi afin de mieux accompagner son enfant

Comment voulez-vous être dans le don de soi si vous êtes vidées? Est-ce que vous êtes vraiment trop débordées pour prendre 10-15 minutes sur les 24 heures de la journée juste pour vous? Que ce soit pour prendre un bain ou se faire un auto-massage. Il n’y a rien de mieux qu’une tisane fait avec amour ou qu’une bonne discussion entre amis pour se vider le coeur… Ce n’est pas beaucoup, mais au final ça fait une immense différence.

3. Combler les besoins essentiels de la mère

Voici les besoins essentiels de la mère en post-natal :

•Se nourrir

•Se reposer

•Être aimée

Ne trouvez-vous pas que ça ressemble aux besoins du nourrisson? Eh bien oui, la mère et le bébé ont absolument les mêmes besoins. Évidemment, on oublie souvent combien la maman est fragile, parce qu’elle fait tout pour ne pas le montrer! Qu’est-ce qu’il y a de mal à avoir besoin de repos, de réconfort et d’amour après ce puissant passage qu’est l’enfantement? Alors toi, la maman qui lis ces lignes, accepte d’avoir besoin d’aide et que les autres prennent soin de toi. Car ton rôle à toi, pour les prochaines semaines (mois), sera de nourrir ton enfant, de créer un lien fort qui lui apportera la force et la confiance au quotidien et de te reposer. Tu devras également te nourrir convenablement pour que ton corps ait l’énergie de guérir, et ce, même si ton enfantement n’a pas été traumatisant. Il ne faut pas oublier que ton corps, lui, a donné tout ce qu’il pouvait!

4. Nommer les choses

Nommez vos besoins, vos attentes et ce qui vous tracasse. Puis, ne vous gênez pas pour nommer vos joies et vos peines. Il ne faut rien garder en dedans, car vous n’avez certainement pas besoin d’une charge supplémentaire.

5. Développer son instinct

Faites-vous confiance, VOUS êtes la mieux placée pour prendre soin de votre bébé, pour l’observer et voir s’il y a quelque chose qui cloche. L’instinct est comme un muscle, plus on le travail plus il devient fort. Au début, ce sera un petit murmure qui sera vite chassé par le mental. Ce dernier prend beaucoup plus de place, mais tranquillement à force de l’écouter, vous découvrirez un précieux ami qui saura vous guider dans votre rôle de mère.

6. Avoir des listes

Je vous conseille de vous faire quelques listes durant votre 3 trimestre. Ces listes seront pour vous, votre conjoint, ou pour la personne qui viendra vous accompagner lors de votre GOLDEN MONTH. Elles serviront à vous rappeler vos ressources personnelles et professionnelles. Même si pour l’instant, vous savez bien qui sont vos ami(e)s et vos ressources. Une fois que vous aurez enfanté, votre cerveau sera en mode BABY BRAIN et ça pourrait être plus difficile.

Voici quelques exemples :

• Liste d’ami(e)s que je peux appeler pour parler

• Liste de personnes prêtes à rendre service

• Liste de professionnelles de la santé et de ressources d’aide

7. Ralentir

Pour vivre un 4 trimestre conscient et réparateur, nous devons complètement changer notre relation avec le temps. Se sortir des exigences et de la vitesse normale auxquelles la société nous a habituées. Vous devez ralentir et utiliser tous vos outils pour économiser votre précieux temps. De plus, la production de lait demande énormément d’énergie, alors tenez-vous-en aux besoins essentiels pour mettre toutes les chances de votre côté!

8. Être douce avec soi

Soyez douces envers vous. Vous êtes en apprentissage, vous créez des liens et une relation nouvelle, et ce, même si vous êtes déjà mère, car vous n’avez jamais été la mère de cet enfant-là! Alors pitié, laissez-vous le droit de vous tromper et de recommencer, ne vous jugez pas trop sévèrement.

9. Changement de paradigme

Lors du post-natal le cerveau de la mère est ouvert à de nouvelles connexions qui resteront ensuite durant toute sa vie (plasticité cérébrale). C’est alors un temps parfait pour prendre de bonnes habitudes parce que vous aurez beaucoup plus de chances de les conserver par la suite. C’est pourquoi il est primordial de changer notre façon de vivre et de voir la période du GODLEN MONTH. Nous devons nous y préparer, déconstruire la mentalité de performance qui est nocive pour ces femmes et se sortir de la pression que vivent les nouvelles mamans. La période du post-natal n’est pas facile et nous n’avons pas besoin en plus de se sentir mauvaise. Certaines vont s’inquiéter car elles n’auront pas retrouvé leur corps de jeune fille (ce que nous ne sommes plus en passant). D’autres peurs vont provenir du fait que le bébé ne fait pas ses nuits à 6-9 mois ou encore parce qu’il ne suit pas la courbe de croissance d’un bébé nourrit au biberon, alors que vous allaitez. PLEASE STOP IT! Il est temps d’accepter que c’est TOUGH les premiers temps avec un bébé. Arrêtons de nous faire accroire que tout est rose. Ça demande de la patience et de l’amour et pour ça, on doit secréter le plus d’ocytocine (l’hormone de l’amour) possible.

Voici donc une petite liste :

-Rire

-Boire un breuvage chaud 

-Danser

-Chanter

-Faire l’amour

-Embrasser

-Faire un câlin

-Prendre un bain

-Se faire un massage (ou en recevoir un 😉)

10. Prendre le temps de se préparer adéquatement

Pour beaucoup de parents, entendre parler du post-natal n’est pas vraiment intéressant. C’est un peu particulier quand on pense à comment on se prépare pour l’enfantement alors que pour le post-natal on s’encombre de truc matériel (de beaucoup de trop de truc matériel à mon avis), mais on cherche rarement à s’éduquer sur le sujet…alors voici selon moi les 2 plus belles préparations post-natales faites au Québec (et disponibles dans toute la francophonie)

La préparation virtuelle à la naissance et la préparation pour un post-natal optimal de Quantik mama

Ainsi que tous les ateliers de maternité Sacrée qui sont un must pour toutes les mamans et futures mamans.

N’hésitez pas à entrer en CONTACT avec moi si vous avez des questions ou si vous souhaitez avoir plus d’informations!

Partagez pour semer des graines de magie✨